Pièces radiophoniques

Entre les notes et les samples, il y a d’autres samples et les silences. Il y a une envie de siroter le son par petites lampées.
D’où un grand attrait pour les balades avec un micro toujours dans la poche qui donnent lieu a un genre plutôt radiophonique.
Apres, on découpe, triture dans tous les sens, fait frire d’un coté , rabote par ici, redore un peu par ici. Ça donne..
Des ambiances susurrées.
Des portes qui claquent, des espaces physiques impossibles. Un muezzin d’Istanbul et un orgue de Zagreb. Une partie de poker serrée ou l’on parie des pâtes. Un métro londonien qu’on passe a la tondeuse.

Between notes and beats there are samples and silence. The will to slowly sip sound.
Field recording gave birth to groovy songs around subway vocal announcement, but also to radio pieces. First, a deep attraction for walking around with a microphone snorring in the pocket. Then, cooking starts, there come knifes and forks, mouth wide open.
And there it goes. Falling bolt on a wooden pool. Cinammon in an aquarium for cows. Memories re-occurring in an old family house. Muezzin and a christian organ.


Here they are.
Salons Multiples en Edition Exacte
17h40
Vietnam – Paysage sonore
Rote Beethoven Suppe

Ferrandipity nous plonge dans la rigueur d’une école d’art culinaire parisienne, ou le découpage sonore tranche avec celui des caramels mous, et nous propose un accès aux coulisses des entremets aux finitions parfaites. Quel est le son de l’exigence, en quoi se mutent le fragile, l’humain, l’accident lorsqu’ils sont plongés dans un univers ou la perfection semble être un but en soi ?
Stones and Toothpaste est la porte que l’on ferme depuis des années. Elle se situe au croisement entre le patrimoine sonore d’une maison familiale vouée à changer de mains et le désir de conjuguer les échos estivaux enfantins aux amitiés adultes.
Otto Ma (Part 1, Part 2) cherche a faire coexister dans le même espace sonore des religions et des langues, de l’intime et du vulgaire, et rêve d’abattre les cloisons qui empoisonnent les imaginaires et sont un terreau fertile au populisme et dérives fascistes.

Certaines pièces ont été diffusées sur Radio Campus Bruxelles et Radiophrenia